image podcast

Musiq3

-

Culture

Entretien avec Alexander Melnikov autour du deuxième concerto pour piano de Prokofiev

L'info culturelle

1 min

| Publié le 01/02/24

Oeuvre de jeunesse aussi périlleuse que fascinante, le deuxième concerto pour piano est au programme du Festival Prokofiev. Le pianiste russe Alexander Melnikov sera accompagné par les musiciens du Belgian National Orchestra placés sous la direction de Stanislav Kochanovsky. Concert à 20h ce vendredi 2 février au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles. Diffusion en direct sur Musiq3. Composé en 1912-1913 par un jeune compositeur encore étudiant au conservatoire de Saint-Pétersbourg, le deuxième concerto de Serge Prokofiev compte parmi les œuvres les plus périlleuses du répertoire pianistique. Pendant un peu plus de 35 minutes, le public observe un interprète qui s’accroche, lutte et se débat pour se défaire d’une partition insensément technique. Après une cadence incroyablement complexe dans le premier mouvement, le concerto ouvre sur un scherzo tout aussi furieux, habité par un flot ininterrompu de doubles-croches dédoublées à l’octave. Le deuxième concerto de Prokofiev est périlleux, percussif, tragique, violent et fascinant depuis les premières mesures jusqu’à la double barre finale. Périlleuse, l’histoire de l’œuvre l’est tout autant. Le soir de sa première exécution en 1913, le concerto provoque un scandale. La partition sera ensuite détruite dans les flammes de la Révolution Russe avant d’être réécrite – et de mémoire – par un compositeur en exil. Recréée à Paris en 1924, l’œuvre de Prokofiev reçoit un accueil tout aussi mitigé. Cette deuxième écriture est la seule version du deuxième concerto qui a subsisté. Dans le cadre du Festival Prokofiev, Bozar et le Belgian National Orchestra nous invitent à l’entendre en concert sous les doigts du pianiste russe Alexander Melnikov. Alexander Melnikov Grande figure de la sphère pianistique, interprète aux nombreuses facettes, Alexander Melnikov est connu et reconnu pour ses qualités de soliste autant que pour ses talents de chambriste, activités qu’il partage avec la violoniste Isabelle Faust ou encore avec le violoncelliste Jean-Guihen Queyras. Son approche du répertoire est toujours studieuse et documentée. Le deuxième concerto pour piano de Serge Prokofiev s’inscrit dans une époque marquée par le futurisme. On y entend le vacarme des machines, la répétition incessante des motifs dans un flot ininterrompu de notes. Le pianiste russe Alexander Melnikov nous entraîne dans les rouages d’une œuvre tragique. Alexander Melnikov au micro de François Caudron