Passer à la recherche
image podcast

Xavier Siméon après les 24h Motos de Spa : "Ce qu'ils ont fait, c'est inadmissible pour notre sécurité!"

24h Motos Spa-Francorchamps

3 min

| Publié le 06/06/22 |

Disponible jusqu'au 07/06/2023

Xavier Siméon a terminé en quatrième position des 24h de Spa Motos sur le circuit de Spa-Francorchamps avec Suzuki et ses coéquipiers français (Gregg Black et Sylvain Guintoli). Troisièmes jusqu’à l’arrêt de la course (pendant deux heures suite à une perte d’huile sur le circuit), ils ont perdu leur place dans les quelques tours qui ont été roulés en toute fin de course. Le pilote belge était assez remonté à l’issue de la course au micro de Pierre Capart. Pas tellement en termes de points, il reste leader du championnat, mais en termes de sécurité. "Je suis amer et je ressens surtout de l’injustice. Les organisateurs nous avaient confirmé que vu l’huile qu’il y avait eu sur la piste et les conditions humides, la course reprendrait pour honorer le public, mais sous safety car. Que les places étaient figées et que plus rien ne changerait. Et cinq minutes avant la procédure, apparemment, ils ont décidé de relancer la course pour jouer la place sur le podium, mais l’information n’est pas arrivée chez tout le monde. Ce qui était complètement dangereux. Tous les autres concurrents roulaient lentement et nous, on s’est retrouvé (avec la numéro 5) à rouler très vite dans des conditions hyperdifficiles et dangereuses. A 150km/h plus vite que les autres. Une décision difficile à comprendre de la part de l’organisation et de la ligue de Motocyclisme. Mais ça n’enlève rien à l’excellent boulot de mon équipe ce week-end." Ce n'est pas tant le résultat sportif qui oose problème à Xavier, mais l'insécurité : "On reste en tête, on marque des gros points. Ce n’est pas la place qui est importante, les points ça ne change pas grand-chose par rapport à l’injustice. Mais en ce qui concerne la sécurité… On nous fait vite la morale dès qu’on fait une manœuvre un peu déplacée selon les dirigeants de la FIM et ce qu’ils ont fait aujourd’hui c’est inadmissible pour notre sécurité, à nous, les pilotes. On aurait tous dû refuser de rouler dans ces conditions pour quatre minutes." Même s'il se serait bien vu monter sur le podium pour rendre au public le soutien qu'il a reçu : "Ça aurait été beau, malgré les embûches de monter sur le podium ici à Spa, j’aurais vraiment voulu offrir le podium au public venu en nombre." Siméon est malgré tout très heureux du retour de la moto dans "son" pays :"Le travail qui a été fait par la direction et toutes les personnes impliquées dans le projet Spa-Francorchamps est titanesque. On a vu beaucoup de chutes, où les pilotes s’en sont toujours sortis indemnes. C’est la preuve que le circuit est adapté au championnat du monde. J’espère que ça perdurera et que l’épreuve aura une autre issue que celle-ci."