Passer à la recherche
image podcast

Musiq3

-

Culture

Vivian Maier. L'autoportrait et son double, Bozar Expo.

L'autoportrait et la question de l’invisibilité. La photographe brise l’anonymat, sans narcissisme.

6 min

| Publié le 07/06/22 |

Disponible jusqu'au 08/06/2023

Vivian Maier était une photographe d’origine française et austro-hongroise, née à New York en 1926 et décédée à Chicago en 2009. Elle exerçait le métier de gouvernante et elle ne pouvait prétendre à la reconnaissance artistique dans l’Amérique de l’époque. Inconnue de son vivant, elle sera reconnue après sa mort comme une des grandes représentantes de la "Street Photography" à l’instar de Diane Arbus, Robert Frank, Helen Levitt et Garry Winogrand. La nurse qui ne quittait jamais son appareil photo enregistrait des scènes de rue. Elle prenait des portraits d’inconnus. Elle photographiait des enfants. Elle captait des gestes. Les mains sont présentes dans les clichés. Le grand oeuvre John Maloof, un agent immobilier, découvre les archives photographiques de Vivian Maier en 2007. Le corpus est important : plus de 120 000 photos, des films super 8 et 16mm, des enregistrements et une quantité de pellicules non développées. Etonnamment, l’œuvre comporte entre 5 000 et 6 000 autoportraits réalisés sur une période de 45 ans. L’anti-selfie Les autoportraits sont répartis en trois groupes. Les ombres projettent la silhouette de la photographe sur l’image. Les reflets dans des objets divers - vitre, enjoliveur, plat en argent ou autres parois réfléchissantes -modifient le portrait à la manière de miroirs déformants. Les jeux de miroir démultiplient l’image de Vivian Maier. Les autoportraits résolvent la question de l’invisibilité. La photographe brise l’anonymat, sans narcissisme. Une simple ombre suffit pour signifier sa présence au monde. Anne Morin, la commissaire de l’exposition, au micro de Pascal Goffaux.