Passer à la recherche
image podcast

La Première

-

Histoire

Virginia Woolf W, écrire dans la guerre 1/2

Un Jour dans l'Histoire

18 min

| Publié le 11/11/22 |

Disponible jusqu'au 10/11/2023

Virginia Woolf a 32 ans lorsqu’éclate la première guerre mondiale, à l’été 1914. Elle a 59 ans en 1941. Entre ces deux dates, entre ces deux actes, la guerre s’invite dans sa correspondance, dans son Journal et dans un essai plein de colère, imaginé en 1932 et publié en 1938, sous le titre Trois Guinées. A la question : « Comment faire pour empêcher la guerre ? Virginia Woolf répond aux hommes: « Si bien des instincts sont communs aux hommes et aux femmes, l’instinct du combat a toujours été l’apanage des hommes et non pas des femmes. La loi, la pratique, ont encouragé cette différence, qu’elle soit innée ou accidentelle. Il est rare, au cours de l’Histoire qu’un homme soit tombé sous les balles d’un fusil tenu par une femme ; la vaste majorité des oiseaux, des animaux tués, l’ont été par vous et non par nous. ». (…) « Quand les canons tirèrent en août 1914, le visage des hommes et des femmes ont montré que l’on avait tué la poésie ». Ces mots sont écrits par Virginia Woolf dans Une chambre à soi, un roman publié à Londres, dans l’entre-deux guerres. C’est cette voix singulière qu’Un jour dans l’Histoire a choisi de donner à entendre, à la veille des commémorations de l’Armistice et à l’heure où la guerre frappe à nouveau aux portes de l’Europe. Témoin privilégié de 2 guerres mondiales, VW était dotée d’un don exceptionnel, celui d’observer et de décrire. Pacifiste militante au-delà des nationalismes, cette icone des lettres anglaises vient nous interpeller en pleine glorification du militarisme. Un podcast de Pascale Seys, Carine Bratzlavsky et Valérie Bauchau. Réalisation : Valentine Gourdange.