Passer à la recherche
image podcast

La Première

-

Histoire

Un Jour dans l'Histoire

Jean-Baptiste Louvet, du roman libertin à l’engagement politique sous la révolution française

36 min

| Publié le 03/01/23 |

Disponible jusqu'au 02/01/2024

Nous sommes en 1787. C’est à Paris, chez Ambroise Tardieu, rue du Battoir, qu’un petit commis de librairie, fait paraître, sous la signature de Louvet de Couvray, son premier roman intitulé « Une Année dans la vie du chevalier de Faublas ». Deux autres volumes suivront et les trois parties seront réunies, dix ans plus tard, année de la mort de l’auteur, sous le titre « Les Amours du chevalier de Faublas ». Ce roman libertin décrit les aventures amoureuses d’un jeune aristocrate provincial venu s’installer dans la capitale française avec son père et sa sœur. A son entrée dans la ville, le héros est déçu : « Je cherchais cette ville superbe, dit-il, dont j'avais lu de si brillantes descriptions. Je voyais de laides chaumières très hautes, de longues rues très étroites, des malheureux couverts de haillons, une foule d'enfants presque nus; je voyais la population nombreuse et l'horrible misère. Je demandai à mon père si c'était cela Paris : il me répondit froidement que ce n'était pas le plus beau quartier; que le lendemain nous aurions le temps d'en visiter un autre. » « Les Amours du chevalier de Faublas » connaîtra un succès immédiat et passionnera des générations de lecteurs. Mais, il ne sera pas toujours compris. Le badinage et les multiples aventures galantes du personnage principal vont longtemps masquer la portée socio-politique de l’œuvre. Car Jean-Baptiste Louvet est bien plus qu’un simple auteur de romans libertins, son implication dans les affaires de la cité en font un témoin idéal de la disparition de l’Ancien Régime. Ses prises de positions durant la Révolution, son action de propagande des idéaux d’émancipation et de citoyenneté, en font un représentant trop peu connu des Lumières. Louvet est aussi le reflet de l'évolution du statut de l'écrivain à cette époque. Louis-Sébastien Mercier, son contemporain, un autre homme de plume engagé, avait analysé cette évolution, quelques années plus tôt, dans son traité « De la littérature et des littérateurs ». Il écrivait : «La gloire littéraire semble destinée, dorénavant, à quiconque plaidera d'une voix plus ferme les intérêts respectifs des nations … » Retour, aujourd’hui, sur le parcours de Jean-Baptiste Louvet. Invitée : Valérie André, directrice de recherche FNRS, professeure et conseillère pour la recherche en sciences humaines à l'ULB, membre de l’Académie royale de Belgique. Sujets traités: Ambroise Tardieu, badinage, écrivain, Jean Louvet, , Paris, roman , libertin, Les Amours du chevalier de Faublas », lecteurs, aventures galantes, oeuvre, Ancien Régime, révolution