Passer à la recherche
background

La Première

-

Histoire

Un Jour dans l'Histoire

13h20 : L'apéritif, de la pharmacie à la modération

90 min

| Publié le 13/06/22 |

Disponible jusqu'au 12/06/2023

Nous sommes le 12 octobre 1817. Ouvrons « La Quotidienne », un journal royaliste fondé par M. de Coutouly au début de la Révolution française. Voici ce que l'on peut lire à la page 3 : « La mode étend son empire à Paris, sur les petites choses comme sur les grandes, il faut un soin particulier pour ne pas paraître ridicule d'une semaine à l'autre. Les fashionables du boulevard de Gand, varient leur goût toutes les fois qu'il plaît à quelque charlatan d'inventer ou de donner la vogue à quelque niaiserie. Ainsi nous avons vu tour-à-tour prôner des boissons apéritives que nos gastronomes mettaient à la mode. Il y a un an que l'Extrait d'absinthe de Suisse, jouissait de la faveur. À cette boisson ont succédé les gouttes de Malte; plus tard le vermouth nous a été apporté de Londres ; aujourd'hui, c'est une liqueur hollandaise qui fait fureur. Tout le monde veut du rinz-mang-bitter, cette boisson n'a rien qui flatte le goût ni l'odorat, mais il faut en demander et en boire, parce qu'elle est à la mode. » Aujourd'hui, l'apéritif fait intégralement partie de nos vies. C'est un rite social profondément ancré dans nos sociétés. Il a ses codes et aussi une histoire très ancienne et étonnamment assez éloignée des mises en garde contre les méfaits de l'alcool. Avec enthousiasme et modération, retournons aux sources de l'apéro... Invité : Pierre Leclercq, membre du Centre de Gastronomie Historique, collaborateur scientifique de l'université de Liège et « animateur du Petit Lancelot », centre itinérant de diffusion d'histoire de l'alimentation. Conférences : La rafraîchissante histoire de l'apéritif Mer. 15 juin 2022 - 19:00, à The Faculty, à Anderlecht. 14 heures : L'histoire du graphisme belge Si certains pays sont reconnus et revendiquent la qualité et l'histoire de leur graphisme national, ce n'est pas le cas de la Belgique. C'est un tort, car le graphisme belge existe bel et bien, nous l'avons rencontré, et Sara De Bondt lui a consacré un livre. La graphiste Sophie Alouf-Bertot l'accompagne pour évoquer ensemble l'histoire de cette pratique trop peu connue. Une séquence réalisée par Jean-Marc Panis

Casting et équipe

Animateur

Laurent DEHOSSAY