Passer à la recherche
background

La Première

-

Histoire

Un Jour dans l'Histoire

13H20 : Une armée noire

90 min

| Publié le 09/06/22 |

Disponible jusqu'au 08/06/2023

Pendant presque quatre ans, de 1941 à 1945, 30 000 soldats africains-américains furent confinés à Fort Huachuca, seul « poste noir » du pays, situé à la frontière avec le Mexique, très loin de toute communauté blanche, de la capitale et des théâtres d'opération. Dans ce désert fleuri, les fantassins de Huachuca durent accepter la discipline qu'une armée, convaincue de la supériorité raciale des Blancs, voulut leur imposer, et la sujétion que l'état-major s'efforçait de leur faire accepter. Méfiante à l'égard des soldats noirs tenus pour lâches et incapables depuis la Première Guerre mondiale, l'armée en craignait la mutinerie. En lisière du pays, elle organisa donc une ségrégation extrêmement stricte, et dure aux hommes. Mais le commandant du fort ne pouvait se permettre de voir le camp s'embraser. Le temps libre des soldats devait donc leur offrir des dérivatifs et des divertissements suffisamment puissants pour désamorcer en eux toute volonté de contestation. Une autre concession, beaucoup plus inattendue, fut faite : les soins médicaux évoluèrent en quelques semaines vers une médecine d'excellence racialement intégrée, expérience unique au sein de l'État fédéral. Maîtresse de conférences, Pauline Peretz nous raconte l'histoire de ce lieu oublié d'Arizona, situé à l'extrémité sud du pays, où se joua, pendant la Seconde Guerre mondiale, le rapport tortueux et honteux de l'Amérique à ses soldats noirs. 14 heures : Le clavier bien tempéré de Jean-Sébastien Bach 4/5 Alors que dans le Clavier Bien tempéré, le prélude forme un ensemble avec la fugue, chez les compositeurs ultérieurs comme Chopin, Rachmaninov ou Scriabine, le prélude devient une pièce à part entière, autonome. Or, cela n'a pas toujours été le cas. Au XVIIIe siècle, lors d'un concert, il est habituel pour le musicien de se chauffer les mains en public. La coutume veut qu'avant de jouer le morceau principal, on improvise préalablement quelques pièces dans la tonalité de la pièce maîtresse. En allemand, « Extemporieren, fantasieren, capricieren, varieren, preludieren » signifient improviser. C'est qu'à l'origine, le prélude est une improvisation. Cela sous-entend que tout n'était pas noté sur la partition. D'ailleurs à l'époque baroque, il est courant que les partitions soient incomplètes. Une série en 5 épisodes réalisée par Cécile Poss

Casting et équipe

Animateur

Laurent DEHOSSAY