background

Le 18 juillet 1995 : Fabio Casartelli perd la vie sur les routes du Tour

Tour de France 1995

1 min

| Publié le 18/07/95

Parfois, les images nous glacent le sang. Loin des scènes d’allégresse que véhicule le Tour, des drames se jouent sur les routes de France. Cette année, Richie Porte nous l’a rappelé avec frayeur. En 1995, Fabio Casartelli nous l’a appris avec effroi. L’Italien a perdu la vie en pleine course. Après seulement 34 km de selle, les coureurs dévalent à toute allure la descente du col du Portet d’Aspet. Alors que le peloton, mené par Miguel Indurain en jaune, entame déjà l’ascension du col de Menté, les caméras de télévision se focalisent sur le corps inanimé d’un coureur de la Motorola. Fabio Casartelli gît à même le bitume dans une marre écarlate. Sa tête, dénuée de casque, à cause de la chaleur, a heurté un bloc de béton à plus de 70 km/h. Au détour d’un virage interminable, la vie s’est arrêtée. L’Italien ne verra jamais Cauterets. Alors qu’il s’envole vers l’hôpital de Tarbes, il décède à la suite de ses blessures. Le champion olympique en 1992 ajoute son nom à ceux de Francesco Cepeda et de Tom Simpson en bas de l’effroyable liste des coureurs décédés sur les routes de la Grande Boucle.