background

La Une

-

Info

Valérie Glatigny (MR) : "Nous avons réformé le décret parce que la réussite des étudiants précaires était en chute"

QR le débat

2 min

| Publié le 04/04/24

Avant 2022, les étudiants avaient la possibilité de passer dans l’année supérieure s’il réussissait au moins 45 des 60 crédits que vaut une année scolaire. Problème, "en général, les étudiants reportaient donc 15 crédits (cours) d’année en année et se retrouvaient avec un sac à dos de crédits non validés qui devenait trop lourd à porter. On se retrouve donc non finançable et la porte de l’enseignement supérieur se referme", regrette l’ancienne ministre de l’Enseignement supérieur en Fédération Wallonie-Bruxelles, Valérie Glatigny (MR). Alors les reports de crédits étaient-ils vraiment une bonne idée ? C’est un "non" pour la ministre. "C’est précisément parce que des étudiants précaires dont la réussite était en chute que nous avons décidé de réformer ce décret (Marcourt ou décret Paysage, ndlr). La réussite des étudiants boursiers pour un bachelier de trois ans était tombée de 19% à 14%. Il fallait fixer des balises plus claires."