Passer à la recherche
background

Toumani Camara : là où tout a commencé

NBA

1 min

| Publié le 18/10/23

Il nous a donné rendez-vous sur le terrain du quartier de son enfance, à deux pas de la maison de Watermael-Boitsfort qu’il occupait à l’époque avec Tidiane son grand frère et sa maman. C’est là que l’aventure a commencé pour Toumani Camara. "Le terrain était à deux minutes à pied de la maison" explique-t-il. "Dès qu’on rentrait de l’école, on venait ici pour jouer au foot avec les copains. Le soir, quand il y avait moins de monde, je revenais jouer au basket. C’était mal salle de gym ici. Je faisais tous mes exercices : des shoots, de la course mais aussi de la corde à sauter." A l’âge de 6 ans, le jeune Toumani accompagne son grand frère à un stage organisé par l’ASA Saint-Hubert, le club local. Andre Mahij, son premier coach, se souvient "Dès le premier jour, on a compris qu’il avait quelque chose de différent. Voir un gamin de cet âge-là dribbler entre les jambes et derrière le dos, ce n’est pas courant. On l’a d’ailleurs rapidement baptisé Baby Jordan tellement il était plus fort que les autres". Par la suite, le jeune talent a poursuivi sa formation à Woluwe, dans le club de United Basket. "Mais ce que Toumani souhaitait depuis toujours, c’était d’aller joueur aux Etats-Unis" explique Anne, sa maman. "Nous avons demandé à son coach de l’époque s’il estimait qu’il avait le potentiel pour aller jouer en Collège. Il nous a dit oui. Alors, on a décidé que Toumani partirait tenter sa chance aux Etats-Unis. Il n’avait que 16 ans. Ce n’était pas une décision évidente mais nous ne pouvions pas l’empêcher d’essayer de vivre son rêve." La suite, on la connaît. Le belge a brillé en plusieurs saisons collège puis en NCAA, le championnat universitaire où il a évolué avec l’équipe de Géorgie et puis de Dayton. En juin dernier, il s’est inscrit à la draft et a été sélectionné en 52e position par les Suns de Phoenix, finaliste malheureux du championnat en 2021 et qui compte dans ses rangs un certain Kevin Durant, l’un des meilleurs joueurs du monde. Dans quelques semaines (le championnat NBA reprend fin octobre), il deviendra le 2e joueur belge à jouer en NBA (après Didier Mbenga). "C’est un rêve de gosse qui se réalise mais l’histoire ne fait que commencer et n’aura de sens que si j’y reste et que si j’y performe."