image podcast

La Première

-

Entretiens

Les Petits Papiers

Vladimir Cosma, "La mort fige les choses mais pas toujours dans le bon sens"

36 min

| Publié le 22/03/24

Il dit n’avoir jamais pensé devenir autre chose que musicien. Il faut dire qu’en Roumanie, il a grandi entouré de notes et de partitions avec un père pianiste, compositeur et chef d’orchestre. Un oncle compositeur et chef d’orchestre également, une grand-mère pianiste… Lorsqu’il était enfant, il n’y avait pas de place pour un piano dans l’appartement et, en attendant, il a appris le violon classique, c’est devenu son instrument même si le piano a suivi. Quand il arrive en France avec ses parents en 1962, il a une vingtaine d’années, son violon sous le bras et deux gros cahiers remplis de notes et de compositions. Il a aussi le goût du jazz découvert à l’adolescence. Fort de ces bagages, il ira de rencontres en envies et fera connaissance avec la musique de film. Il en compose plus de 300, on ne compte plus celles qui sont entrées dans la légende, et aujourd’hui encore, il continue. Vladimir Cosma se raconte à travers les mots des Petits Papiers, il revient sur ses origines, sa formation et ses premières émotions musicales. Il explique la nécessité de jouer et son chemin exceptionnel.