Passer à la recherche
background

La Trois

-

Histoire

Les coulisses de l'histoire

Le plan Marshall a sauvé l'Amérique

52 min

| Publié le 30/01/24

Depuis longtemps la cause est entendue : le plan Marshall et ses 18 milliards de dollars ont sauvé l'Europe de la misère et du chaos légué par la Seconde Guerre mondiale. Actif entre 1948 et 1951, il reste aujourd'hui une icône à laquelle on se réfère toujours pour rassembler les énergies collectives. Par ses immenses succès supposés, le plan Marshall a montré au monde qu'une aide financière massive et ciblée peut constituer une solution-miracle à une infinité de problèmes au point que le vocable est entré dans le langage courant. La nécessité d'un " Plan Marshall " est constamment invoquée, qu'il s'agisse d'éradiquer les problèmes insolvables des banlieues, de l'Afrique, des migrants ou du terrorisme. Et pourtant, de nombreux spécialistes ont depuis longtemps relativisé son utilité. Pensé par et pour les Américains, le plan Marshall n'a en réalité fait gagner à l'Europe qu'un an ou deux sur son redressement économique. Il a surtout été un moyen pour les États-Unis d'affermir leurs intérêts politiques et économiques sur le vieux continent. C'est donc clairement dans une optique de démythification, que se situe la démarche du film. Certes, le plan Marshall a contribué au redressement matériel et moral de l'Europe, il serait vain de le nier. Mais à quel prix ? En parallèle à la philanthropie affichée, d'autres objectifs moins avouables, moins humanistes, plus offensifs que le mythe ne le suggère, ont pesé. Alors que pointent les prémices de la rivalité Est-Ouest, le Plan Marshall devient rapidement l'instrument idéal de la lutte idéologique contre le communisme et se transforme progressivement en une arme redoutable au service de la guerre froide :importation du modèle économique et culturel dans les pays bénéficiaires, division de l'Europe en deux blocs antagonistes, imposition de politiques de réarmement aux pays de l'Europe de l'Ouest, etc....Le Plan a aussi grandement influencé l'équilibre politique en Europe en redonnant à l'Allemagne une place cruciale sans ménager les États victimes de l'oppression nazie qui souhaitaient neutraliser une puissance responsable de deux guerres mondiales. Tels sont certains des aspects le plus souvent passés sous silence et que le film entend révéler. Inscrit dans une temporalité ramassée (d'avril 1948 à janvier 1951) le récit démontre comment le plan fut dès le départ, un accélérateur de tension entre les deux blocs. La progression dramatique pointe alors les moments de bascule afin de rappeler les responsabilités américaines dans cette escalade (énonciation de la doctrine Truman, guerre de Corée...). D'autre part, le récit souligne comment les Américains - de la genèse du plan à son achèvement - n'ont jamais oublié de défendre leurs propres intérêts. Loin de se borner à des dons altruistes et généreux, ils acheminent en Europe une administration puissante et pointilleuse sur ses prérogatives qui n'hésite pas à aller jusqu'à contraindre les politiques de développement des pays bénéficiaires.