Passer à la recherche
image podcast

Interview de Tine Claus, directrice de Vluchtelingenwerk Vlaanderen

| Publié le 13/10/22 |

Disponible jusqu'au 14/10/2023

La crise de l’accueil en Belgique arrive à un moment décisif. Depuis mardi, les centres d’accueil redoutaient que d’autres personnes vulnérables n’arrivent dans les prochains jours : "des femmes seules, des enfants accompagnés par leur maman, des familles", énumère le travailleur social. Ce jeudi soir, nous apprenions que des familles avec enfants se retrouvaient effectivement dans la même situation. Fedasil a annoncé qu’il ne serait pas possible de loger tout le monde pour la nuit à venir. Il était question de 126 personnes au total. Une solution semble avoir été trouvée en fin de journée, avec notamment l’ouverture de chambres d’hôtel en urgence par Vluchtelingenwerk Vlaanderen, une association flamande d’aide aux demandeurs d’asile. 40 de ces 126 personnes ont ainsi pu être retrouvées pour être logées, les autres ayant quitté l’Office des Étrangers avant que l’information ne leur parvienne. Mais l’accueil ne sera possible que pour les personnes arrivant ces jeudi et vendredi, l’ONG n’ayant pas la capacité de mettre en place cette solution d’urgence au-delà de ces deux jours. "Nous espérons vraiment que le gouvernement trouvera des solutions la semaine prochaine", s’inquiète Tine Claus, la directrice de l’association. Les personnes qui se présentent à l’Office des Étrangers ces 13 et 14 octobre seront hébergées pour une durée d’une semaine. "Nous restons en contact avec d’autres ONG pour les prochains jours", assure-t-elle. La note de ces nuits d’hôtel sera directement envoyée au gouvernement fédéral.