Passer à la recherche
background

Instagram, la foire aux vanités

Sommes-nous devenus esclaves de ce réseau social incontournable ?

sous-titré

52 min

| Publié le 30/06/22 |

Disponible jusqu'au 30/06/2023

Instagram revendique plus d'un milliard d'utilisateurs sur la planète, et plus de 100 millions de photos postées chaque jour. Les plus grandes stars y côtoient leurs fans : 403 millions d'abonnés pour le footballeur Cristiano Ronaldo, 260 millions pour Kim Kardashian. Impossible de monter un business, de partir en vacances ou même d'aller au resto sans l'application en poche. Qu'il s'agisse de la photo d'un burger, d'une robe, d'une plage ou d'un corps, une obsédante question se pose désormais : est-ce instagrammable ? Mais que révèle cet usage à propos de nous-mêmes et de notre société ? Instagram formate nos vies, standardise nos goûts, bouleverse notre économie, redessine notre rapport au réel. Elle abreuve nos cerveaux d'images sensées nous apporter du plaisir, jusqu'au trop plein, parfois même la dépression. À ses débuts en 2010, la petite application de partage de photos, augmentées de filtres astucieux, ne séduisait pourtant qu'une poignée de jeunes branchés californiens. Rachetée deux ans plus tard par Mark Zuckerberg, Instagram va devenir le support d'un nouveau mode de communication : le marketing d'influence. Grandes marques ou simples artisans, particuliers ou célébrités planétaires, tout le monde veut séduire sa " communauté " et ses " followers ". Instagram est devenu la vitrine des annonceurs, le lieu stratégique où se jouent désormais gloire et fortune, grâce à un nouveau métier, influenceur. La mode, le tourisme, la restauration ne jurent que par ces nouveaux prescripteurs de tendance. A chacun d'entre eux de prouver qu'il mérite de devenir riche et célèbre à la seule force de son talent, de son culot, de sa popularité. Nombreux sont les candidats, rares sont les élus. Cette autopromotion effrénée, basée sur une illusion de bonheur dans un océan de consumérisme a des effets insidieux sur nos vies. La multiplication de ces images vire à la saturation, une sorte de pornographie perpétuelle de fringues, d'objets, de bouffe, de corps musclés, bronzés et huilés. Mais pour rester dans le coup, il nous faut nous soumettre à ces nouveaux codes esthétiques et culturels véhiculés sur l'appli. Certains passent sur le billard, pour obtenir le visage ou la silhouette la plus conforme aux exigences du réseau, au risque de tomber sur des chirurgiens peu scrupuleux. De jeunes adolescents en recherche de reconnaissance peuvent se perdre dans cette quête éperdue de notoriété. Jusqu'à y perdre leur santé mentale. Parfois la vie.

Casting et équipe

Producteur

Xavier Guillitte

Journaliste

Francois Mazure