Passer à la recherche
background

La Première

-

Culture

Entrez sans frapper

Mathias Malzieu, Daria Nelson et Louis Héliot

89 min

| Publié le 17/11/22 |

Disponible jusqu'au 16/11/2023

De la musique avec Mathias Malzieu et Daria Nelson pour la sortie de l'album "La Symphonie du temps qui passe", qui sera présenté sur scène le 16 mars à Bruxelles sous forme d'une comédie musicale 2.0. Mais aussi du cinéma avec Louis Héliot qui publie "Ces Belges qui font le cinéma français"... Dès 11h30, retrouvez la « Bagarre dans la Discothèque » avec Sébastien Ministru et Myriam Leroy. Et dès midi : "Le Classico" de Sébastien Ministru : « Mémoires d'Hadrien » de Marguerite Yourcenar. "J'ai formé le projet de te raconter ma vie." Sur son lit de mort, l'empereur romain Hadrien (117-138) adresse une lettre au jeune Marc Aurèle dans laquelle il commence par donner "audience à ses souvenirs". Très vite, le vagabondage d'esprit se structure, se met à suivre une chronologie, ainsi qu'une rigueur de pensée propre au grand personnage. Derrière l'esthète cultivé et fin stratège qu'était Hadrien, Marguerite Yourcenar aborde les thèmes qui lui sont chers : la mort, la dualité déroutante du corps et de l'esprit, le sacré, l'amour, l'art et le temps. À l'image de ce dernier, ce "grand sculpteur", elle taille, façonne, affine avec volupté chacun des traits intérieurs du grand homme à qui elle fait dire : "Je compte sur cet examen des faits pour me définir, me juger peut-être ou tout au moins pour me mieux connaître avant de mourir." Marguerite Yourcenar trouva un jour, dans la Correspondance de Flaubert, une phrase inoubliable : « Les dieux n'étant plus, et le Christ n'étant pas encore, il y a eu, de Cicéron à Marc Aurèle, un moment unique où l'homme seul a été. » Et l'auteur des Mémoires d'Hadrien ajoute : « Une grande partie de ma vie allait se passer à essayer de définir, puis à peindre, cet homme seul et d'ailleurs relié à tout. » Louis Héliot, Conseiller cinéma et responsable de la programmation cinéma du centre Wallonie-Bruxelles à Paris depuis 1992, pour son livre "Ces Belges qui font le cinéma français" (Les Impressions Nouvelles). Le cinéma belge et le cinéma français sont à la fois proches géographiquement et linguistiquement (pour la partie francophone belge qui nous occupe), mais aussi très différents. Qu'est-ce qui caractérise les deux cinématographies et qu'est-ce qui fonde leurs distinctions ? Les liens cinématographiques entre les deux pays existaient déjà aux premiers temps du cinéma. Les artistes belges, quel que soit leur mode d'expression - c'est vrai pour la littérature, la musique, les arts plastiques, le théâtre comme le cinéma - ont toujours eu besoin d'être d'abord reconnus par la France pour être considérés et reconnus dans leur pays. La Belgique est aussi célèbre par la qualité de ses chefs opérateurs ; on parle même « d'une école belge de la photographie » ! Comment expliquer pourquoi tant de Belges francophones contribuent à la réussite du cinéma français ? C'est précisément la question qui est abordée dans cette série d'entretiens. Il s'agit de cerner au plus près les méthodes de travail de ces professionnels qui reviennent sur leurs parcours artistiques, leurs rencontres créatrices et leur rôle emblématique qui en font des figures majeures du cinéma français, et de comprendre avec eux s'il y a derrière chaque personnalité individuelle un plus vaste ensemble qui se dessine. Ces rencontres mettent notamment à l'honneur une actrice et un acteur qui ont en commun d'avoir été révélés au cinéma par Jean-Pierre et Luc Dardenne : Emilie Dequenne et Olivier Gourmet. Un acteur devenu essentiellement réalisateur : Lucas Belvaux. Deux cinéastes belges qui ont développé une œuvre bien reconnaissable, dans des styles très différents : Fabrice du Welz et Joachim Lafosse. Une productrice belge qui vit et crée à Paris : Anne-Dominique Toussaint. Ainsi que deux grandes techniciennes et artistes : la scripte Véronique Heuchenne et la créatrice de costumes Pascaline Chavanne. Mathias Malzieu et Daria Nelson pour la sortie de l'album "La Symphonie du temps qui passe". Ils seront sur scène le 16 mars...

Casting et équipe

Animateur

Jérôme COLIN