Passer à la recherche
image podcast

La Première

-

Culture

Entrez sans frapper

Le mythique Chelsea Hotel de New York et le film « Les grands Seigneurs »

89 min

| Publié le 08/11/22 |

Disponible jusqu'au 07/11/2023

Du cinéma belge ce mardi avec Maya Duverdier et Amélie van Elmbt pour leur docu. "Dreaming Walls : Inside the Chelsea Hotel". Mais aussi Sylvestre Sbille et Renaud Rutten pour le film "Les grands Seigneurs". « Bagarre dans la Discothèque » à 11h30, avec Nicolas Herman et Gorian Delpâture. Et dès midi : L'objet Pop de Nicolas Herman : Les Moon Boot. Maya Duverdier et Amélie van Elmbt pour leur docu. "Dreaming Walls : Inside the Chelsea Hotel", qui sort ce mercredi. Il est Compétition nationale dans le cadre du Brussels Art Film Festival et sera projeté ce vendredi 11 novembre à 19h00 à Cinematek à Bruxelles. Ce docu. fait aussi partie de la sélection du Mois du Doc. Dans moins de deux ans, le mythique Chelsea Hotel, refuge d'artistes à New York depuis plus d'un siècle et emblème de la contre-culture des années 60, sera transformé en hôtel de luxe. Cinquante et un résidents désormais âgés y vivent encore, au beau milieu des travaux. Entre crainte et excitation, la chorégraphe octogénaire Merle Lister, le gourou Baba, la performeuse trans-genre Rose Wood et les autres se préparent au grand bouleversement. Alors que la machine capitaliste s'apprête à avaler le Chelsea, le film interroge ce qui semble la faire dérailler : des lois, des humains et leurs rêves.. Sylvestre Sbille et Renaud Rutten pour le film "Les grands Seigneurs", qui sort ce mercredi. Roger est dans la mouise, mais il va rebondir, gra^ce au pre^t octroye¿ par son banquier. Mais Monsieur Durieu le prend de haut. Humilie¿, Roger de¿cide de passer a` l'action : le ban- quier se re¿veille menotte¿ dans une grange abandonne¿e. Apre`s trois jours a` de¿pe¿rir avec les chai^nes aux poignets, Monsieur Durieu propose une solution : forcer la salle des coffres de la banque d'en face, celle de son ennemi jure¿. Les deux hommes fraternisent autour de leur nouvelle cause commune, celle qui pourrait enfin faire d'eux des Grands Seigneurs... Le coup de cœur de Gorian Delpâture : "Le Magicien" de Colm Tóibín (Éditions Grasset). Personne n'aurait pu prédire un avenir aussi extraordinaire à ce garçon né dans une famille provinciale, bourgeoise et aisée du nord de l'Allemagne. Mais le jeune homme s'appelle Thomas Mann, et il se forgera un destin hors du commun. Une œuvre littéraire couronnée par le prix Nobel, une vie familiale mouvementée et souvent dramatique, et la traversée de toutes les tragédies politiques de la première moitié du siècle - voilà comment on pourrait résumer la vie du grand écrivain. Colm Tóibín a choisi de nous la raconter de l'intérieur et dans toute sa dimension romanesque. Cette existence est peuplée d'autres figures inoubliables. Au tout premier plan, son épouse, la fascinante Katia Pringsheim. Avec et grâce à elle, Thomas Mann construit patiemment une œuvre protéiforme en même temps qu'une apparence de vie confortable qui le protège de ses démons : son attirance pour les hommes. Pour ses six enfants nés entre un voyage à Venise et un séjour au sanatorium - qui seront transposés dans La Mort à Venise et La Montagne magique - il restera à jamais ce chef distant d'une famille où l'on ne sait pas très bien comment s'aimer. Son frère Heinrich, ses enfants Klaus et Erika Mann, Christopher Isherwood, Bruno Walter, Alma Mahler et Franklin Delano Roosevelt - tous joueront un rôle dans la mue du grand bourgeois conservateur en intellectuel engagé face à la montée du nazisme, ou croiseront sa route dans l'épreuve de l'exil. Mais Colm Tóibín évoque avec autant de puissance les élans intimes et douloureux d'un homme secret en quête d'un bonheur impossible. Tous ces fils littéraires, sentimentaux, historiques et politiques s'entretissent dans une fresque qui se confond avec l'émouvant roman d'une vie : celle d'un génie littéraire et d'un homme seul qu'on appelait Le Magicien.

Casting et équipe

Animateur

Jérôme COLIN