Passer à la recherche
background

"Éloge de rien" Louis Coquelet (auteur présumé)

Coup de coeur du libraire

1 min

| Publié le 21/11/21 |

Disponible jusqu'au 22/11/2041

Maxime Janssen - Librairie L'aventure - Malmedy "Éloge de rien" Louis Coquelet (auteur présumé) - Ed. Allia Genre littéraire particulier, initialement associé à l’oraison funèbre célébrant la vie d’une personne défunte, l’éloge n’est ici dédié à Rien. Ou bien est-il rédigé pour Rien. Déconstruction de la logique dans la lignée d’Agrippa et de Rabelais, Eloge de rien s’ouvre sur une dédicace sarcastique A Personne, petit chef-d’œuvre d’humour noir. Publié en 1730, en plein Siècle des Lumières, il s’inscrit dans la tradition des éloges parodiques de l’Antiquité grecque – on doit à Lucien un Eloge de la mouche, à Synésios de Cyrène celui de la calvitie – et de la Renaissance, avec Erasme et son Eloge de la folie. Cependant, l’auteur pousse ici cette logique jusqu’à l’absurde, tournant en dérision les éloges académiques de son siècle, occasions de célébrer les sciences, la littérature et les arts. En ne glorifiant que le Rien, sous toutes ses formes, cet ouvrage défie le ton grave et solennel, cultive à plaisir les paradoxes. En ne chantant les louanges de Rien, l’auteur célèbre tout et Rien. Ce panégyrique pour le moins flatteur à l’adresse du vide et de l’absence offre l’occasion d’un morceau de rhétorique plaisante, avançant en creux et avec un humour implacable : Rien est la plus belle des œuvres poétiques, car qu’est-ce qui est plus beau que l’Iliade ? Rien.