Passer à la recherche
image podcast

Classic 21

-

Culture

Comics Street

''Toutes les princesses meurent après minuit'' par Quentin Zuttion, Le Lombard

2 min

| Publié le 30/11/22 |

Disponible jusqu'au 30/11/2023

Comment le destin d’une famille bascule au gré d’une journée d’été de 1997. Le livre se déroule le 31 août 1997, pour être précis. Pourquoi ce jour-là ? Parce que cela permet à l’auteur, Quentin Zuttion, d’ancrer sa fiction au cœur des événements de l’époque, leur donnant une couleur particulière. Le 31 août 1997, c’est le jour où l’on apprend la mort de Lady Di. Mais qu’il s’agisse de cet événement ou de la bande-son, très présente, cela n’a pas une grande importance dans l’histoire elle-même. Ce qui compte, ce sont les interactions des membres d’une famille à la fois singulière et banale. Une maman attendant son mari qui a découché la nuit précédente. Un fils de huit ans qui se met du rouge à lèvres en cachette dans la salle de bains et rêve d’embrasser l’un de ses voisins. Une grande sœur adolescente qui, après avoir passé la nuit avec son amoureux le cache dans sa chambre, avant de le laisser s’enfuir par la fenêtre. Une famille, avec ses fragilités et ses petites fissures, donc. Une famille à laquelle Quentin Zuttion va nous attacher en quelques pages d’une sensibilité magistrale. Une BD cinématographique, on peut dire que les cadrages, le découpage, les séquences ont quelque chose de cinématographique. Mais c’est surtout une grande bande dessinée, en ce sens que l’unité de lieu et de temps est parfaitement adaptée à un récit en BD. L’approche de Quentin Zuttion est toute en finesse, il utilise des crayons de couleur gras, comme des pastels qui laissent voir le grain du papier et rendent ce livre très joyeux en dépit des thèmes parfois graves qui y sont abordés, ça éclabousse de couleur ! --- Thierry Bellefroid évoque le 9éme art, la Bande Dessinée, avec les sorties et les rééditions. Passezdu bon temps, un album à la main, le mercredi à 13h45 dans Lunch Around The Clock.