Passer à la recherche
image podcast

Classic 21

-

Société

Chronique Economique

OXFAM fustige les milliardaires responsables selon cet ONG de la plupart de nos maux, mais il faut nuancer nuancer ces communiqués de presse…

4 min

| Publié le 19/01/23 |

Disponible jusqu'au 19/01/2024

Je vous parlais de l’utilité discutable du Forum de Davos, la réunion des hommes et des femmes les plus puissants de la planète. Ne serait-ce pas une raison pour aussi questionner l’attitude d’Oxfam, une ONG britannique que tout le monde connaît. C’est vrai que beaucoup d’économistes ont un souci avec Oxfam. Non pas sur son boulot ou ses objectifs, mais sur cette manie de sortir des chiffres chocs en même temps que l’ouverture de Davos. En fait, en bon communicant, les dirigeants d’Oxfam profitent de la notoriété de Davos pour jouer à la stratégie du ''Coucou''. Comme ce sont les puissants et les riches qui se réunissent à Davos, eh bien nous, Oxfam, on sort systématiquement des chiffres qui montrent que ces riches sont nuisibles, qu’ils sont à l’origine quasiment de tous nos soucis ou presque, et que pour rétablir l’équilibre, il faut. Devinez quoi ? Je vous le donne en 1000. Il faut les taxer. Pour cette édition 2023, Oxfam a davantage, que les autres années, cibler les milliardaires. En gros, ces vilains cocos, si je puis dire, se sont enrichis pendant que le citoyen lambda se serait appauvri. Sur les 61 pages du rapport d’Oxfam, les mots impôt ou imposition reviennent 350 fois. C’est pas mal. Et puis ça marche ce genre de communication. Que fait Oxfam ? C’est simple, elle brandit des chiffres faramineux représentant la fortune des ultra-riches. Et puis de l’autre, elle les compare à nos modestes revenus. Et comme le gouffre est béant, flagrant. L’émotion suit et malheureusement le raisonnement s’effondre. Alors je vous rassure, je ne suis pas milliardaire, mais le raisonnement d’Oxfam est vicié et ça fait des années que les économistes le disent, mais en vain. Il est vicié car Oxfam montre les chiffres de la fortune de ces milliardaires. Mais cette fortune est basée sur le cours de Bourse de leur action. Un seul exemple : Oxfam avait fustigé le fait que les milliardaires se sont enrichis pendant la pandémie. Oui, c’est vrai, mais grâce à qui ? Mais aux gouvernements qui nous ont assigné à demeure pour ne pas attraper le COVID. Résultat toutes les actions comme Facebook, Netflix ou Zoom ont crevé les plafonds pour la simple raison que sans le commerce, sans les divertissements à domicile, la période du COVID aurait été plus compliquée à gérer. Sujets évoqués : fortune, indécence, milliardaires, taxer, virtuel, Elon Musk, homme, riche, monde, cours, action, Tesla, effondré, fisc, belge, français, loi, capitalisme, boursier, secteur, luxe, Français, Bernard Arnault, PDG, LVMH, géant, mondial, pommes, poires, Pierre Ben, Tata, stock, flux, valeur, fictif, revenu, réel, ménages, capitalisation, bourse, entreprise, comptable, examen, historien, Fabrice d’Almeida, auteur, livre, histoire, mondiale, riches, programmation, Club, affaires, peuples, frustrations, inégalités, message, chiffres, interprétation, philo, citation, polémique, accord, désaccord. --- La chronique économique d'Amid Faljaoui, tous les jours à 8h30 et à 17h30 sur Classic 21, la radio Rock'n'Pop.