Passer à la recherche
image podcast

Classic 21

-

Société

Chronique Economique

Et si assister au Forum de Davos ne servait à rien ? La question insolente d'Amid Faljaoui

3 min

| Publié le 18/01/23 |

Disponible jusqu'au 18/01/2024

Le Forum de Davos a démarré ses travaux cette semaine. Chaque année en tout cas, sauf les années de COVID, c’est dans cette station de ski suisse, à Davos, que se réunit le gratin mondial de l’économie, de la finance et encore de la politique. C’est la plus grande concentration de gens puissants pendant quelques jours dans un seul endroit au monde. Les organisateurs de ce forum de Davos, pour qui c’est aussi un business lucratif, ont enregistré cette année le plus fort taux de participation du monde du business. C’est vrai que le Forum de Davos attend en effet 40 chefs d’État et 2600 participants. A 60.000 € le ticket de base pour faire partie de cette sauterie, c’est pas mal. Ça a l’air impressionnant en été, comme l’écrit l’excellente lettre d’information TTS. Il faut nuancer ce cri de cocorico des organisateurs du forum de Davos. D’abord, sur les 40 chefs d’État annoncés, il n’y en aura qu’un seul qui appartient au G7, donc à l’une des sept plus grandes économies mondiales. Ils étaient pourtant six en 2018, contre seulement un pour 2023. Et même l’Ukraine, qui avait envoyé l’an dernier une forte délégation, a réduit de moitié sa présence à Davos. C’est aussi un symbole, un signe. Alors signe de quoi ? Je n’en sais rien. Faut toujours être prudent. Mais en tant qu’observateur externe, on sait bien que ce forum de Davos a raté tout de même, malgré tous les brillants esprits qui sont là, la plupart des grandes crises et évolutions de nos sociétés et n’ont pas vu venir la crise de 2008 par exemple, ni la crise de la dette publique en 2012. Autrement dit, payer au minimum 60.000 € pour participer à Davos ne vous garantira en aucune manière d’avoir des infos que les autres n’ont pas. Mais est-ce le but de Davos ? N’est ce pas plutôt un lieu de networking de très haut niveau ? Je ne vais pas blâmer plus que ça. Les organisateurs de Davos, les économistes de la Banque centrale américaine et européenne n’ont pas vu venir l’inflation non plus. Et d’ailleurs, cette chronique économique n’a qu’un seul but avertir les auditeurs de toujours rester curieux, mais de ne jamais se laisser embobiner ou convertir par un discours ambiant préformaté. Pour la simple raison que ce discours peut être réducteur ou tronqué. Sujets évoqués : P chefs d’entreprise, politiques, rivalité, Chine, États-Unis, monde, guerre, Ukraine, élimination, programmée, puissance, russe, préparatifs, éliminer, véritable, rival, défier, puissance économique, américain, combat, excellent, confrère, de TESO, raison, démographie, déclin, détail, population, contraire, ONU, calculs, population, vieillissant, baisse, productivité, croissance, déprime, dépassement, Wall Street, Journal, vie --- La chronique économique d'Amid Faljaoui, tous les jours à 8h30 et à 17h30 sur Classic 21, la radio Rock'n'Pop.