background

Les Rollingchairs : bien dans leur basket, loin des préjugés

Handisport

3 min

| Publié le 10/02/24

Un jeudi soir en plein hiver du côté de Verlaine, une sacrée bande se réunit pour jouer au basket. Filles, garçons, jeunes et moins jeunes, valides ou pas, en arrivant ils prennent place sur une chaise afin de jouer au basket. Ni les microbes présents en masse en cette période, ni le froid glaçant ne les ont empêchés de se rendre à l’entraînement, il faut dire que c’est un rendez-vous qu’ils ne veulent pas manquer. La séance d’entraînement commence. Rapidement, quelque chose saute aux yeux. L’ambiance. Des rires, des blagues, des échanges, des accolades. S’ils prennent leur sport au sérieux, la compétition n’est pas leur motivation, loin de là. Eux, ce qu’ils aiment, c’est jouer. Ensemble. À ce sport qui ressemble en tout point au basket classique, sauf qu’ils occupent un peu plus de place sur le terrain avec leur chaise adaptée à la discipline. Mais l’important est ailleurs. Il est dans les liens. Malgré tant de profils diamétralement opposés, les Rollingchairs sont parvenus à créer un vrai groupe très uni qui dépasse le cadre du sport en tant que tel, ils appellent d’ailleurs ça une famille. Ce qui prend tout son sens quand on les voit jouer les prolongations après l’entraînement à la cafétéria. Du lien social qui est un plus pour certains, une bouffée d’oxygène pour d’autres, et même une véritable libération pour quelques-uns. Rencontre avec une équipe aussi hétéroclite qu’attachante.