background

Un Jour dans l'Histoire

494 contenus

24 min

De la Préhistoire aux révolutions du vingtième siècle, en passant par l’Antiquité, le Moyen Âge ou le siècle des Lumières, Laurent Dehossay et ses invités voyagent sur la ligne du temps pour analyser les grandes étapes qui ont conduit au monde d’aujourd’hui. Humanisme, guerres, arts et sciences, économie, gastronomie : l’histoire se raconte en partant sur les traces de celles et ceux qui ont façonné notre présent : Cléopâtre, Olympe de Gouge, Napoléon, Churchill, Edith Cavell … Le passé nous éclaire sur les questions d’actualité : genre et sexualité, féminisme, environnement, rapports entre Orient et Occident … Apprendre pour comprendre.  Un Jour dans l'Histoire revient pour une dixième saison avec Yasmine Boudaka, Régine Dubois, Cindya Izzarelli , Cécile Poss,  Axelle Thiry, Nicolas Bogaerts,  Eric Loze, Jean-Marc Panis, Jonathan Remy, Helena Verrier et bien évidemment Laurent Dehossay.  LUNDI 10 JUIN 13h15 : La gourmandise : ce délicieux pêché Qu’est-ce que la gourmandise ? Faut-il y entendre la gloutonnerie que l’Eglise et les bonnes manières réprouvent dès le Moyen Âge ? L’art de la bonne chère chéris par les gourmets distingués ? La gourmandise : péché capital ou véniel ? Plongeons-nous dans des siècles de gourmandise avec  Florent Quellier, professeur d’histoire moderne à l’Université d’Angers. " Gourmandise – Histoire d’un péché capital " Editions  Dunod poche. 14 heures : L’Amérique précolombienne - Les Mayas   Mayas, Aztèques, Incas... De notre partie du monde, on a tendance à confondre ces trois civilisations emblématiques de l'Amérique précolombienne qui présentent pourtant de nombreuses singularités. Yasmine Boudaka vous emmène au cœur de ces 3 empires, à. la rencontre des peuples autochtones d'Amérique pour y (re)découvrir leurs origines, leur développement, leur organisation, leurs traditions, leur déclin et leur impressionnant héritage. Avec Peter Eeckhout , professeur d'archéologie précolombienne à l'ULB MARDI 11 JUIN 13h15 : Giacomo Matteotti : symbole des victimes du Fascisme Nous sommes le 10 juin 1924, à Rome. Il est 16h30. Alors qu’il se rend, à pied, de chez lui au Parlement, le secrétaire général du parti socialiste Giacomo Matteotti, principal opposant à l'autorité grandissante de Mussolini, est enlevé par un groupe de miliciens fascistes.  Matteotti n’est pas la première victime du fascisme italien mais son élimination marque un tournant dans la mise en pratique de la politique et de l'idéologie fasciste. Tentons de comprendre cette bascule avec  Anne Morelli, professeure honoraire de l’ULB. 14 heures :  Une autre histoire de la conquête spatiale 1/2 Irénée Régnauld, chercheur associé à l’université de technologie de Compiègne et Arnaud Saint-Martin, sociologue au CNRS en font un des éléments constitutifs de l’adn de la conquête de l’espace. Dans leur livre "Une histoire de la conquête spatiale. Des fusées nazies aux astrocapitalistes de New Space" (La Fabrique), ils déconstruisent les mythes très Disney du voyage de la Terre à la Lune en attendant Mars. Dans une formidable analyse des enjeux, ils détaillent comment s’est construite la représentation d'une conquête de l’espace consubstantielle à la condition humaine; combien cette narration occupe encore les projets du New Space D'Elon Musk ou Jeff Bezos, et occulte aujourd’hui encore d’autres rapports possibles au cosmos. Une séquence réalisée par Nicolas Bogaerts MERCREDI 12 JUIN  13h15 : L’impressionnisme : 150 ans et tellement plus …. Nous sommes le 15 avril 1874, à Paris, au 35, boulevard des Capucines. C’est là que s’ouvre une exposition qui va marquer l’histoire de l’art et bousculer notre perception du monde. Celle qui donnera son nom à un mouvement révolutionnaire : l’Impressionnisme. Pissaro, Sisley, Degas, Renoir, Cézanne, Monet, Berthe Morisot figurent parmi la trentaine d’artistes présentés. C’est une exposition qui embarrasse la presse. Revenons, aujourd’hui, aux origines de l’Impressionnisme avec Anne Hustache, historienne de l’art. 14 heures : Alan Turing Doté d’une grande curiosité et d’un tempérament original, Alan Turing révèle dès son plus jeune âge un don pour les mathématiques. En 1939, quand la Grande-Bretagne entre en guerre contre l’Allemagne nazie, il déchiffre les codes ennemis dans un centre secret du gouvernement… Son travail contribue grandement à la victoire des Alliés. Alan Turing ne sera pas remercié à la hauteur de son génie. Il faudra 50 ans pour qu’il soit enfin reconnu comme étant le " père de l’informatique ". Jean-Marc Panis a rencontré le journaliste Maxence Collin et l’écrivain  François Rivière, les auteurs du roman graphique " Alan Turing " publié chez Casterman avec aux dessins Aleksi Cavaillez.    

Épisodes